Où est passé l’électricité ?

La SNEL accuse la pluie : où est passé l’électricité ?

La SNEL a annoncé une baisse de sa production électrique pendant la saison sèche à cause de la faible pluviométrie. Au XXIème siècle, au moment où l’humanité pense envoyer des vols habités vers mars, pourquoi la SNEL accuse le fleuve. Où est passé l’électricité ?

La Société Nationale d’Electricité (SNEL) a annoncé une baisse de sa production électrique pendant la saison sèche 2017. Une faible pluviométrie en serait la cause et contribuerait à réduire l’approvisionnement en eau des barrages hydroélectriques. Au XXIème siècle, au moment où l’humanité réfléchit au moyen d’envoyer des vols habités vers la planète mars, pourquoi la SNEL accuse la pluie. Où est passé l’électricité ?

Dans un pays rongé par l’incertitude politique et plombé par une économie en berne, l’annonce faite par le porte-parole de la SNEL Médard Kitanaki fait l’objet d’une douche froide. En effet, selon une étude du FMI de 2014, la fourniture d’énergie constitue la première revendication des entreprises opérant sur le territoire congolais. En effet, la plupart des unités de production suppléent au courant de la SNEL par l’acquisition de groupes électrogènes , de panneaux solaires ou de mini barrages hydroélectriques.

Cela est inquiétant d’autant plus que les gouvernements Matata et Badibanga ont fait de l’électricité un véritable enjeu économique. Dans son discours de politique générale du 22 décembre 2016, le Premier ministre Badibanga annonçait déjà les couleurs: « Pour ce qui est de l’énergie, elle mérite une attention spéciale, tant elle est essentielle aux capacités de production et transformation, donc à la création de valeur ajoutée (…) Mon gouvernement entend par conséquent poursuivre la rénovation des réseaux de distribution urbains, et des centrales électriques, indispensables à la production minière, en encourageant l’investissement privé, et surtout, apporter à la population rurale, une énergie décentralisée et renouvelable, notamment par les panneaux solaires et les micro-barrages« . Force est de constater que la fourniture d’énergie électrique est encore à la merci des éléments puisque les écluses du ciel étant en panne, la production d’énergie hydroélectrique est menacée.

La rédaction de Economico.cd a contacté Sandrine Ngalula Mubenga, ingénieur en génie électrique et Présidente de la Conférence Power Africa 2017 qui se tient du 27 au 30 juin 2017 à Accra au Ghana, pour avoir son avis sur la question: « les besoins énergétiques de la RDC sont considérables. Il est très important de diversifier les sources d’approvisionnement en énergie  » a d’abord expliqué la spécialiste. « De nombreuses solutions autres que l’hydroélectrique peuvent être intégrées dans le plan de développement national de fourniture en énergie notamment du solaire et de l’éolien. Sinon le Congo peut continuer avec l’hydroélectrique à condition d’utiliser des pico et micro centrales. Ces dernières ont des besoins en entretien moindre » a-t-elle suggéré. « Avec l’étendue des connaissances disponibles en termes de production d’énergie, il est impensable que l’étiage du fleuve soit un obstacle à la distribution électrique » a affirmé Mme Sandrine Ngalula Mubenga. Et la doctorante en génie électrique de conclure que la participation des cadres de la SNEL à des conférences comme Power Africa 2017 contribuerait à la réflexion sur les solutions énergétiques.

Please follow and like us:

One Response to “Où est passé l’électricité ?

  • SolarCo_Admin
    11 months ago

    English Translation By Google Translate:

    SNEL accuses the rain: where has the electricity gone?

    The Writers @economicocd 10 March 2017

    SNEL announced a drop in its electricity production during the dry season due to low rainfall. In the 21st century, when mankind thinks to send manned flights towards March, why SNEL is accusing the river. Where did electricity go?

    The National Electricity Company (SNEL) announced a decrease in its electricity production during the dry season of 2017. A low rainfall would be the cause and would help to reduce the water supply of hydroelectric dams. In the 21st century, when mankind is thinking about sending manned flights to planet Mars, why does SNEL accuse the rain. Where did electricity go?

    In a country plagued by political uncertainty and plagued by an economy at half-mast, the announcement by the spokesman of SNEL Médard Kitanaki is the subject of a cold shower. Indeed, according to a study by the IMF in 2014, the supply of energy is the first claim of companies operating in Congolese territory. Indeed, most production units supply SNEL with the acquisition of generators, solar panels or mini hydro dams.

    This is worrying especially since the Matata and Badibanga governments have made electricity a real economic issue. In his general policy speech of 22 December 2016, Prime Minister Badibanga announced the colors: “As far as energy is concerned, it deserves special attention, as it is essential to the production and processing capacities, Creation of added value … My Government therefore intends to continue the renovation of urban distribution networks and power plants, which are essential for mining production, encouraging private investment and, above all, providing the rural population with energy Decentralized and renewable energy, in particular by solar panels and micro-dams “. It must be noted that the supply of electrical energy is still at the mercy of the elements since the locks of the sky being down, the production of hydroelectric power is threatened.

    Economico.cd has contacted Sandrine Ngalula Mubenga, Electrical Engineering Engineer and President of the Power Africa 2017 Conference, which will be held from 27-30 June 2017 in Accra, Ghana, for an opinion on the issue: “Energy needs Of the DRC are considerable. It is very important to diversify sources of energy supply, “the specialist explained. “Many solutions other than hydroelectric can be integrated into the national development plan for energy supply including solar and wind. Otherwise the Congo can continue with the hydroelectric provided the use of pico and micropowers. The latter have lower maintenance requirements, “she suggested. “With the breadth of knowledge available in terms of energy production, it is unthinkable that the low water level is an obstacle to electrical distribution,” said Sandrine Ngalula Mubenga. And the doctoral student in electrical engineering to conclude that the participation of SNEL executives in conferences like Power Africa 2017 would contribute to the reflection on energy solutions.

Leave a Reply

Enjoy this blog? Please spread the word :)